Coll. Lolita Valdéz / mars 2018 / Les Rites de la tente de Limam Boicha /édition bilingue / poésie sahraouie contemporaine

Les-rites_Fiche-argu-serendip-page-001Les-rites_Fiche-argu-serendip-page-002

Publicité

Projection-débat autour de la projection du film « Leyuad, voyage à la source des vers »

A l’occasion de la parution des Rites de la tente (éd. Atelier du Tilde, mars 2018), du poète sahraoui Limam Boicha,

Et dans le cadre du « Printemps des poètes » 2018,

AFRINALCO et OUISO organisent :

Projection-débat autour du film « Leyuad, voyage à la source des vers »

Synopsis : Un voyage initiatique et poétique au cœur de la culture sahraouie.

Lieu : Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO)
65 rue des Grands Moulins
Paris 75013, France
Amphi 6 – étage 2

Date : 12 mars 2018 ; Horaires : 18h-20h

Débat co-animé par:
-Jonas Anton (AFRINALCO)
Limam Boicha, poète et co-scénariste du film
-Mick Gewinner, traductrice des Rites de la tente de Limam Boicha
-Sébastien Boulay, Maître de conférences à l’Université Paris Descartes

Résumé: Limam Boisha, poète saharaoui qui vit à Madrid, admet qu’il a été « Sec du Sahara », et voyage vers le Sahara occidental, pour récupérer l’inspiration pour ses poèmes. Là-bas, Hamida Abdullah lui raconte le chemin parcouru avec le philosophe Belga Mohamed Salem et le poète et érudit Bonanna Busseid, jusqu’à Leyuad, au cœur de Tiris, la terre ancestrale du peuple sahraoui, chemin que leur a montré Badi Mohamed Salem, le plus vieux des poètes saharaouis vivants. Un voyage long et difficile, en quête d’inspiration, à la source de la poésie, un voyage poétique et émotionnel. A Leyuad, les attend sous sa tente le poète Sidi Brahim, qui leur fera découvrir les miracles d’un endroit unique, et les plongera dans les mythes et les secrets des génies du désert, « ceux qui ne peuvent être nommés ».

Lien web du film : https://vimeo.com/192246074

affiche projection débat 120318, LEYUAD-page-001

Coll. Lolita Valdéz / mai 2017 / Supermarket Spring de Pedro Mairal /édition bilingue / poésie argentine contemporaine

ADT_SupermarketSpring_Couv_BAT_V01.indd

Parcourez notre dossier de presse et plongez dans Supermarket Spring, un recueil du poète Pedro Mairal, traduit de l’espagnol (Argentine) par Julia Azaretto et disponible dans toutes les bonnes librairies !

Ouvrage composé en Sabon et en Bodoni, imprimé en France sur un Nettuno Peca du papetier italien Fedrigoni pour la couverture

L’atelier du tilde éditions, mai 2017

110 pages de bonheur / 16 €

DossierPresse-Mairal-page-001DossierPresse-Mairal-page-002DossierPresse-Mairal-page-003DossierPresse-Mairal-page-004DossierPresse-Mairal-page-005DossierPresse-Mairal-page-006

AFRIQUES ou le Magnifique Printemps des Poètes… sahraouis !

Affiche PRINTEMPS.jpg

Soutenu par le Printemps des Poètes et la Semaine de la langue française et de la Francophonie en région Auvergne-Rhône-Alpes, l’Atelier du tilde propose du 18 au 22 mars prochain une série de rencontres inédites sur la poésie sahraouie contemporaine.

En présence de Ali Salem Iselmu, l’un des huit poètes sahraouis publiés dans Generación de la amistad, les rencontres seront ponctuées de lectures polyphoniques (espagnol / français.

Nous vous attendons nombreux !

generacion de la amistad

CHARBONNIÈRES-LES-BAINS – 69260 – le 21/03/2017
Médiathèque, Place Bad-Abbach,
Poésie en exil : du Sahara occidental à Cuba, les poètes nomades de la Generación de la amistad – Lecture, rencontre – avec Ali Salem Iselmu
Contact : L’Atelier du tilde éditions – 0677110737

LYON – 69001 – le 18/03/2017
KoToPo, 14 rue Leynaud
Poésie en exil : du Sahara occidental à Cuba, les poètes nomades de la Generación de la amistad – Lecture, rencontre – avec Ali Salem Iselmu
Contact : L’Atelier du tilde éditions – 0677110737

LYON – 69007 – le 20/03/2017
Université Lumière Lyon 2, 86 Rue Pasteur
Poésie en exil : du Sahara occidental à Cuba, les poètes nomades de la Generación de la amistad – Lecture, rencontre – avec Ali Salem Iselmu
Contact : L’Atelier du tilde éditions – 0677110737

LYON – 69008 – le 22/03/2017
Médiathèque du Bachut, 2 Place du 11 Novembre 1918
Poésie en exil : du Sahara occidental à Cuba, les poètes nomades de la Generación de la amistad – Lecture, rencontre – avec Ali Salem Iselmu
Contact : L’Atelier du tilde éditions – 0677110737

SAINT-MARTIN-D’HÈRES – 38400 – le 18/03/2017
Maison de la poésie Rhône-Alpes, 33 avenue Ambroise Croizat
Poésie en exil : du Sahara occidental à Cuba, les poètes nomades de la Generación de la amistad – Lecture, rencontre – avec Ali Salem Iselmu
Contact : L’Atelier du tilde éditions – 0677110737

2 auteurs chiliens de L’atelier du tilde en France en novembre

belleslatinas

FESTIVAL BELLES LATINAS 2 – 12.11

Cette année à nouveau, dans le cadre du festival de littératures latino-américaines traduites, deux auteurs chiliens des éditions L’atelier du tilde seront au rendez-vous : Diego Vargas Gaete &Jaime Casas. Plusieurs rencontres, dédicaces, lectures, sont prévues à Lyon et dans la région du 2 au 12 novembre.

 JAIME CASAS (1949) Employé du Ministère de l’Agriculture sous le gouvernement Allende (1971-1973), il a été détenu puis a vécu clandestinement sous la dictature Il a construit patiemment et silencieusement une profonde œuvre littéraire qui l’inscrit dans le panorama des écrivains chiliens contemporains les plus talentueux.
DIEGO VARGAS GAETE (1975) est né à Temuco (Chili). Il a obtenu plusieurs bourses du Consejo Nacional de Cultura y Artes du Chili. Il figure au Top 20 des auteurs les mieux vendus dans le classement Eterna Cadencia (Buenos Aires), et au Top 30 des meilleurs auteurs étrangers publiés en Argentine au classement Libros Elegidos.
 ALI SALEM ISELMU & la Generación de la Amistad. Ils s’appellent Limam Boisha, Luali Lehsan, Saleh Abdalahi Hamudi, Chejdan Mahmud, Ali Salem Iselmu, Zahra Hasnaui, Bahia Mahmud Awah, Mohamed Abdelfatah Ebnu, tous nés entre 1962 et 1974. Ils ont vécu leur prime enfance dans le désert, puis connu un triple exil: vers les camps de réfugiés de Tindouf en Algérie, quand le conflit a explosé ; à Cuba, terre d’accueil où ils ont fait toutes leurs études ; en Espagne,  où ils ont émigré après être revenus jeunes adultes, non à leur terre d’origine, mais aux campements du désert. L’ espagnol, langue apprise à l’école de la colonisation, étudiée et pratiquée à Cuba et finalement encore en Espagne, a supplanté le hassanya, la langue arabo-berbère de leurs ancêtres. Mais pas l’amour de la poésie, fondement de la culture saharienne. En 2005, ils se sont rassemblés pour donner naissance à la Generación de la amistad. Ensemble ils se sont mis à dire en poésie le Sahara occidental, leur nostalgie du désert et du passé, leur foi en un avenir sans frontières ; à rechercher leur identité, entre les exils et la lutte pour sauver de l’oubli le peuple sahraoui.  De nombreux autres poètes hispanophones les ont rejoints. Cette anthologie réunit ceux qui ont fait de la Generación de la amistad un véritable mouvement culturel, un mouvement d’anthologie.

Lire la suite

generacion de la amistad

Le Sahara occidental, colloque à la Sorbonne les 2 & 3 juin 2016

generacion de la amistad

Coïncidant avec la parution aux éditions L’atelier du tilde de la première traduction en français d’une anthologie regroupant 8 poètes sahraouis contemporains, le week-end du 2 & 3 juin se déroule à la Sorbonne le colloque sur le Sahara occidental sous le titre : « une question irrésolue ».
Au lendemain de la disparition de Mohamed Abdelaziz, chef du Front Polisario, ce colloque, qui intervient aussi à 40 ans de la proclamation de la République sahraouie suite au retrait de l’ancienne colonie espagnole, réactualisera l’enjeu de ces questions géo-politiques, sous un angle culturel.

Voir le programme du colloque.

 

Présentation :

ONU

1976-2016 : La question (irrésolue) du Sahara Occidental : quels enjeux pour quelles recherches en sciences humaines et sociales ? Colloque international – 2 & 3 juin 2016 Paris – Sorbonne

1976-2016 : La question (irrésolue) du Sahara Occidental : quels enjeux pour quelles recherches en sciences humaines et sociales ?
Colloque international – 2 & 3 juin 2016
Paris – Sorbonne – amphithéâtre Emile Durkheim
Sébastien Boulay & Francesco Correale Université Paris Descartes-UMR 196 CEPED & CNRS-UMR 7324 CITERES, Tours
Pour des raisons de places limitées et de plan « Vigipirate », les inscriptions (indiquant les sessions auxquelles vous souhaitez assister) sont obligatoires auprès des organisateurs : sebastien.boulay@parisdescartes.fr ; francesco.correale@univ-tours.fr
*****
Présentation du colloque et de ses objectifs
En 1975, les dernières régions du continent africain sous domination coloniale s’affranchissaient de leurs métropoles européennes. Cependant, alors que le Mozambique, l’Angola et le Cap Vert empruntaient le chemin de l’indépendance, le Sahara Occidental était discrètement cédé par l’Espagne au Royaume du Maroc et à la République Islamique de Mauritanie (Accords de Madrid du 14 novembre 1975). Les appels de l’ONU demandant depuis 1965 que la population sahraouie puisse exprimer son libre choix à travers un référendum d’autodétermination restaient ignorés. Tandis qu’une partie de la population sahraouie se réfugiait en Algérie, dans des camps de fortune dressés près de Tindouf, pour échapper à la guerre, une autre demeurait dans la zone passée sous contrôle mauritano- marocain. Dans le même temps, le Front Polisario, mouvement nationaliste sahraoui né en 1973, s’opposait par les armes à l’invasion du territoire et inventait un Etat dans l’exil algérien, la République Arabe Sahraouie Démocratique (R.A.S.D.). Après quinze années de guerre, le cessez-le-feu signé entre le Maroc et le Front Polisario en 1991 – la Mauritanie s’étant retirée du conflit en 1979 – inaugurait une nouvelle ère marquée par l’enlisement diplomatique du conflit, celui-ci se déplaçant également sur les terrains humanitaire, des droits de l’homme et, plus récemment, de la communication.
Quarante ans après le départ précipité de l’Espagne, la « question » du Sahara Occidental reste non seulement irrésolue, mais aussi et surtout largement oubliée des médias internationaux, mal comprise des « experts », et encore assez peu interrogée d’un point de vue académique. Or, plus que jamais, cette question s’impose aujourd’hui comme un objet important de débat sur les héritages de la colonisation dans tout le Sahara et au Maghreb, mais aussi comme une question de recherche complexe tant sont rapides les recompositions sociales et politiques à l’œuvre dans ce territoire disputé et convoité. Une question de recherche urgente enfin, quand on sait les tragédies à répétition vécues par les populations de toute la région sahélo-saharienne et notamment par les Sahraouis.
L’objectif de ce 1er colloque international en sciences humaines et sociales consacré au Sahara Occidental est de réaliser un état des lieux de la recherche en SHS sur cette « question ». Il s’agit d’une part de permettre aux chercheurs d’échapper à l’atomisation de la recherche sur le sujet en leur offrant un espace de rencontre, de dialogue, de partage de résultats et d’expériences de terrain et, d’autre part, d’envisager de futures synergies et mises en réseaux, afin de donner davantage de visibilité à cette production scientifique. Cet objectif est d’autant plus important que l’accès à une information fiable et à des analyses de qualité sur le Sahara Occidental est devenu un des enjeux majeurs du conflit, dans un contexte de prolifération des outils et espaces de communication (réseaux sociaux, sites d’information, télévisions, agences de presse privées, etc.) et d’instrumentalisation de l’information.
Les réflexions et discussions seront organisées selon les différentes thématiques esquissées ci-dessous, qui donneront lieu à autant de sessions, constituées de trois ou quatre communications de 20 minutes chacune, suivies de 30 à 40 minutes de débat.